Our plenaries

• Plenary details •

Plenary 1: Poverty, discrimination and constitutions

What bearing do constitutions – especially constitutional rights and governance institutions – have on creating or redressing poverty and economic inequality? Although in some constitutional settings, rights have been invoked to address poverty and economic inequality, whether invoking constitutional rights has resulted in intended impact is an open question. Moreover, intersecting and multiple forms of discrimination – e.g., on the basis of age, colour, caste, class, ethnicity, religion, language, marital status, sexual orientation, gender identity, disability, and migration status – may exacerbate poverty and economic inequality.

This session will examine the varied dimensions of the nexus between constitutional rights and poverty/economic inequality. A foundational question is whether such rights seek to establish a decent social minimum or aim at another form of equality. Answering that question will determine, for instance, whether the right to equality can be invoked to contest existing economic inequalities. Similarly, it impacts on the way in which socio-economic rights such as the rights to food, housing and health are interpreted. There is also an important question concerning the relationship between civil and political rights and socio-economic rights – can a lack of freedom of association and collective bargaining for employees contribute to economic inequality?

The session will also consider the potential and limits of the judiciary as the guardian of constitutional rights, in responding to government policies, plans and regulations that might either address or exacerbate poverty and economic inequality. For example, courts often have to deal with constitutionality of government decisions and policies concerning privatisation, disinvestment, restrictions on private property in the public interest, and austerity measures.

In some countries, socio-economic rights are made justiciable either by virtue of the constitution or because of judicial interpretation. It is worth considering (i) whether governments as well as courts in such countries have fared any better in dealing with poverty and economic inequality, (ii) whether such constitutional rights have also been able to change the structures of power that create and normalise poverty, and (iii) what bearing different types of discrimination have had on accessing courts or availing justiciable socio-economic rights.

Plenary 2: The environment, climate justice and the rights of nature

An increasing number of constitutions have expanded rights beyond the human species: some provide for a right to a clean environment, some provide for the interests of animals to have constitutional protection while some constitutions also confer rights on nature. In addition, courts in countries such as Columbia, Ecuador, India and Bangladesh have recognised rights of rivers. The same result has been achieved in New Zealand and Bolivia by legislation.

With increasing attention to an emerging climate crisis, legitimate questions are being raised about the role of constitutions (especially of constitutional rights) and courts in achieving climate justice. For example, constitutional provisions have been invoked in recent times to hold both states and non-state actors accountable for causing or contributing to climate change, or for ignoring climate considerations while taking decisions.

This session will explore the movement to recognise that rights extend beyond humans and consider the connections between constitutional rights and the environment, including climate change. This will entail inquiring about, amongst other issues, bearers of the rights of nature, the role of constitutions in ensuring that governments abide by the commitments made at the international level (e.g., the Paris Agreement). The session will also consider how constitutions could play a transformative role in achieving a just transition to a low carbon economy without compromising the rights of individuals and communities to develop. It will also include questions surrounding whether the focal point of constitutionalism should be on humans, or include other creatures and the environment more generally.

Moreover, it will be worth investigating whether (and how) constitutions that have conferred rights on nature have fared better in protecting the environment and mitigating climate change as compared to constitutions that have adopted an anthropocentric approach to the environment.

Plenary 3: Constitutionalism in the era of private power and the Fourth Industrial Revolution

Constitutions have often been conceived of as primarily being designed to control the exercise of public power and govern the relation between different government organs. Moreover, constitutional/fundamental rights have been seen in many jurisdictions as a protection mostly against state action. This constitutional approach was developed at a time when the private sector had a limited role and influence on the lives of individuals. However, in a globalised free market economy, many government functions – from providing security to fighting war, offering education and housing, providing health, transport, social media and communication services, and managing prisons – are exercised by private corporations acting alone or in partnership with state-owned enterprises (e.g., public-private partnerships). Over the years, corporations have developed significant power to affect the fundamental rights of individuals and, indeed, societies as a whole. Moreover, unlike generally the territorial operation of constitutions, many of these corporations are operating at a transnational level.

The Fourth Industrial Revolution adds a new dimension to this shift. New technologies such as robotics, automation, artificial intelligence, and biotechnology are already posing new challenges to existing constitutional orders, including the enjoyment of fundamental rights. For example, social media companies are able to influence democratic processes, whilst other companies are able to collect significant personal data even without individuals knowing about it.

Against this backdrop, this session will consider how constitutionalism needs to adapt to the emergence of a range of private actors exercising significant power in diverse settings as well as the technologies of the Fourth Industrial Revolution. The horizontal application of constitutional rights is potentially part of such an adaption process. Constitutional law scholars and judges, however, might need to consider, for example, how the doctrine of separation of powers, the rule of law or judicial independence could be relevant in controlling the abuse of power by private actors, who are not only making and implementing rules but also adjudicating disputes concerning the enforcement of such rules.

Plenary 4: Constitutional governance in crisis?

In recent times, the world has witnessed a range of governance crises emanating from both within and outside the constitutional system: the rise of populism and nationalism, creeping authoritarianism, political corruption, and Covid-19. These governance challenges have been faced by countries with all types of constitutional models and at different stages of economic development, and are not confined to states of emergencies contemplated by their constitutions. In addition, revolutionary changes to constitutions have posed unique governance challenges in countries with dysfunctional constitutions or destabilised societies.

This session will consider how constitutions and the institutional structures they create could or should deal with these challenges. It will consider the need to articulate what constitutes a crisis and whether particular constitutional responses are required. It will also engage with the potential for political leaders to use a crisis to undermine or change constitutional structures to their advantage. Moreover, the session will examine whether it is possible to address such potential abuses of powers in advance during constitutional design and what enhanced role could be assigned to the legislature and the judiciary in controlling the wide powers exercised by the executive in times of crises. The session will also reflect on the usefulness of particular facets of constitutionalism – such as the rights to information and participation in decisions – to enhance accountability in times of crises.

Plénière 1: Pauvreté, discrimination et constitutions

Quelle influence les constitutions – en particulier les droits constitutionnels et les institutions de gouvernance – ont-elles sur la création ou la réduction de la pauvreté et des inégalités économiques? Bien que dans certains contextes constitutionnels, des droits aient été revendiqués pour lutter contre la pauvreté et les inégalités économiques, la question de savoir si la revendication de droits constitutionnels a eu l’impact escompté reste sans réponse. En outre, les formes multiples et entrecroisées de discrimination – par exemple, sur la base de l’âge, de la couleur, de la caste, de la classe, de l’ethnicité, de la religion, de la langue, de l’état civil, de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre, du handicap et du statut migratoire – peuvent exacerber la pauvreté et les inégalités économiques.

Cette session examinera les différentes dimensions du lien entre les droits constitutionnels et la pauvreté/l’inégalité économique. Une question fondamentale est de savoir si ces droits cherchent à établir un minimum social décent ou visent une autre forme d’égalité. La réponse à cette question déterminera, par exemple, si le droit à l’égalité peut être invoqué pour contester les inégalités économiques existantes. De même, elle a un impact sur la manière dont sont interprétés les droits socio-économiques tels que les droits à l’alimentation, au logement et à la santé. Une question importante se pose également concernant la relation entre les droits civils et politiques et les droits socio-économiques – l’absence de liberté d’association et de négociation collective pour les employés peut-elle contribuer à l’inégalité économique?

La session examinera également le potentiel et les limites du pouvoir judiciaire en tant que gardien des droits constitutionnels, en réponse aux politiques, plans et réglementations du gouvernement qui pourraient soit aborder soit exacerber la pauvreté et l’inégalité économique. Par exemple, les tribunaux sont souvent confrontés à la constitutionnalité des décisions et politiques gouvernementales concernant la privatisation, le désinvestissement, les restrictions à la propriété privée dans l’intérêt public et les mesures d’austérité.

Dans certains pays, les droits socio-économiques sont rendus justiciables soit en vertu de la constitution, soit en raison d’une interprétation judiciaire. Il convient d’examiner (i) si les gouvernements et les tribunaux de ces pays ont mieux réussi à lutter contre la pauvreté et l’inégalité économique, (ii) si ces droits constitutionnels ont également été en mesure de modifier les structures de pouvoir qui créent et normalisent la pauvreté, et (iii) quel impact les différents types de discrimination ont eu sur l’accès aux tribunaux ou sur l’exercice des droits socio-économiques justiciables.

Plénière 2: L'environnement, la justice climatique et les droits de la nature

Un nombre croissant de constitutions ont étendu les droits au-delà de l’espèce humaine: certaines prévoient un droit à un environnement propre, d’autres prévoient que les intérêts des animaux bénéficient d’une protection constitutionnelle, tandis que certaines constitutions confèrent également des droits à la nature. En outre, les tribunaux de pays tels que la Colombie, l’Équateur, l’Inde et le Bangladesh ont reconnu les droits des rivières. Le même résultat a été obtenu en Nouvelle-Zélande et en Bolivie par voie législative.

Avec l’attention croissante portée à une crise climatique émergente, des questions légitimes sont soulevées quant au rôle des constitutions (en particulier des droits constitutionnels) et des tribunaux dans la réalisation de la justice climatique. Par exemple, des dispositions constitutionnelles ont été invoquées ces derniers temps pour tenir les États et les acteurs non étatiques responsables d’avoir causé ou contribué au changement climatique, ou d’avoir ignoré les considérations climatiques lors de la prise de décisions.

Cette session explorera le mouvement visant à reconnaître que les droits s’étendent au-delà des humains et examinera les liens entre les droits constitutionnels et l’environnement, y compris le changement climatique. Il s’agira de s’interroger, entre autres, sur les détenteurs des droits de la nature, sur le rôle des constitutions pour garantir que les gouvernements respectent les engagements pris au niveau international (par exemple, l’Accord de Paris). La session examinera également comment les constitutions pourraient jouer un rôle transformateur dans la réalisation d’une transition juste vers une économie à faible émission de carbone sans compromettre les droits des individus et des communautés à se développer. Il s’agira également de déterminer si le constitutionnalisme doit se concentrer sur les êtres humains ou inclure d’autres créatures et l’environnement de manière plus générale.

En outre, il conviendra d’examiner si (et comment) les constitutions qui ont conféré des droits à la nature ont mieux réussi à protéger l’environnement et à atténuer le changement climatique que les constitutions qui ont adopté une approche anthropocentrique de l’environnement.

Plénière 3: Le constitutionnalisme à l'ère du pouvoir privé et de la quatrième révolution industrielle

Les constitutions ont souvent été conçues comme étant principalement destinées à contrôler l’exercice du pouvoir public et à régir les relations entre les différents organes gouvernementaux. En outre, les droits constitutionnels/fondamentaux ont été considérés dans de nombreuses juridictions comme une protection essentiellement contre l’action de l’État. Cette approche constitutionnelle a été développée à une époque où le secteur privé avait un rôle et une influence limités sur la vie des individus. Cependant, dans une économie de marché libre mondialisée, de nombreuses fonctions gouvernementales – qu’il s’agisse d’assurer la sécurité, de combattre la guerre, d’offrir une éducation et un logement, de fournir des services de santé, de transport, de médias sociaux et de communication, ou de gérer les prisons – sont exercées par des sociétés privées agissant seules ou en partenariat avec des entreprises publiques (par exemple, des partenariats public-privé). Au fil des ans, les sociétés ont développé un pouvoir important pour affecter les droits fondamentaux des individus et, en fait, des sociétés dans leur ensemble. En outre, contrairement au fonctionnement généralement territorial des constitutions, nombre de ces sociétés opèrent à un niveau transnational.

La quatrième révolution industrielle ajoute une nouvelle dimension à cette évolution. Les nouvelles technologies telles que la robotique, l’automatisation, l’intelligence artificielle et la biotechnologie posent déjà de nouveaux défis aux ordres constitutionnels existants, y compris la jouissance des droits fondamentaux. Par exemple, les entreprises de médias sociaux sont en mesure d’influencer les processus démocratiques, tandis que d’autres entreprises sont capables de collecter des données personnelles importantes, même à l’insu des individus.

Dans ce contexte, cette session examinera comment le constitutionnalisme doit s’adapter à l’émergence d’une série d’acteurs privés exerçant un pouvoir important dans divers contextes ainsi qu’aux technologies de la quatrième révolution industrielle. L’application horizontale des droits constitutionnels fait potentiellement partie d’un tel processus d’adaptation. Les spécialistes du droit constitutionnel et les juges pourraient toutefois avoir besoin d’examiner, par exemple, comment la doctrine de la séparation des pouvoirs, l’État de droit ou l’indépendance judiciaire pourraient être pertinents pour contrôler l’abus de pouvoir des acteurs privés, qui non seulement élaborent et mettent en œuvre des règles, mais aussi tranchent les litiges concernant l’application de ces règles.

Plénière 4: La gouvernance constitutionnelle en crise?

Ces derniers temps, le monde a été témoin d’une série de crises de gouvernance émanant à la fois de l’intérieur et de l’extérieur du système constitutionnel: montée du populisme et du nationalisme, autoritarisme rampant, corruption politique et Covid-19. Ces défis de gouvernance ont été rencontrés par des pays ayant tous types de modèles constitutionnels et à différents stades de développement économique, et ne se limitent pas aux états d’urgence envisagés par leurs constitutions. En outre, les changements révolutionnaires apportés aux constitutions ont posé des défis uniques en matière de gouvernance dans les pays dont les constitutions sont dysfonctionnelles ou les sociétés déstabilisées.

Cette session examinera comment les constitutions et les structures institutionnelles qu’elles créent pourraient ou devraient faire face à ces défis. Elle examinera la nécessité d’articuler ce qui constitue une crise et si des réponses constitutionnelles particulières sont nécessaires. Elle s’intéressera également à la possibilité pour les dirigeants politiques d’utiliser une crise pour saper ou modifier les structures constitutionnelles à leur avantage. En outre, la session examinera s’il est possible d’aborder de tels abus potentiels de pouvoirs à l’avance lors de la conception constitutionnelle et quel rôle accru pourrait être attribué au législatif et au judiciaire dans le contrôle des larges pouvoirs exercés par l’exécutif en temps de crise. La session réfléchira également à l’utilité de dimensions particulières du constitutionnalisme – telles que les droits à l’information et à la participation aux décisions – pour renforcer la responsabilité en temps de crise.