Our Workshops

• Workshop details •

Click the link below to submit your paper

DEADLINE: PHASE 1 SUBMISSIONS CLOSES 30 NOVEMBER 2021

DATE LIMITE: CLÔTURE DES PROPOSITIONS DE LA PHASE 1 LE 30 NOVEMBRE 2021

Click the link below to submit your paper

DEADLINE: PHASE 1 SUBMISSIONS CLOSES 31 DECEMBER 2021

DATE LIMITE : LES PROPOSITIONS POUR LA PHASE 1 SE CLÔTURENT LE 31 DÉCEMBRE 2021

1. Role of socio-economic rights in constitutional transformation

The doctrinal discussion of previous decades was centered on whether the Economic, Social and Cultural Rights (ESCR) constitute an inferior juridical category of norms, with respect to civil and political ones, due to their purported lesser normativity or lack of justiciability. A great part of the legal theory then still considered them not only as rights of the poor, but also as “poor rights”, with respect to their legal validity. The evolution of jurisprudence and, above all, the case law of pioneer tribunals such as the Constitutional Courts of South Africa, Brazil, India or Colombia –to cite just a few examples- and the Comments of the UN Committee on Economic, Social and Cultural Rights (CESCR) have put an end to this polemic.  Nowadays there is a generalized consensus that all fundamental rights, civil, political or social, are constitutionally protected interests that bind immediately the state to respect, to protect and to ensure their realization.

 

Two are the more pertinent questions regarding the normative content of Social Rights: The first concerns their definition as well as their normativity. Concerning the definition, most interesting is the differentiation of them from other fundamental constitutional rights. What is the theoretical justification for having an autonomous conceptual existence? One cannot answer this question without examining the normative content of ESCR. The second question focuses on the level of actual protection of ESCR, that is, on the protection that state powers provides to the needs of their citizens and on the level of effectiveness of a such protection. What is the level of effectiveness of judicial decisions? Are there mechanisms for dialogue between the three powers of democracies, capable to improve the satisfaction of ESCR? Do governments take into account public policies to ensure their enjoyment? Is there sufficient communication between UN CESCR and national government?

 

In any case, our times are hardly the age of triumph of social rights. The consecutive economic and pandemic crises have exacerbated prevailing economic policies of the four previous decades that undermined the effective protection of them, and more generally of the Social State. Inequalities have exploded, especially in the West, institutions of the welfare state are underfunded, more and more vulnerable categories of citizen remain without adequate protection. However, the threat of the crisis is also an opportunity to rethink how we hold states accountable for fulfilment of ESCR, both at national and supranational level. It is also an opportunity to rethink the role of the state in regulating the creation of wealth and redistribution of its benefits nationally and globally. Social states have been a national phenomenon. Is it possible and how to preserve their functions in the new globalized environment? The transnational impacts of the crisis highlight the need to frame accountability in global terms, not only vis-à-vis states but also vis-à-vis private multinational entities, so as to ensure a modicum of equality and social justice, to the extent of possible, globally and especially in the global South.

2. Transitional justice and constitutional change

Transitional justice is a response to systematic abuses or widespread violations of human rights of governments, confront impunity, seek effective redress, and prevent recurrence. Indeed, according to the definition of the United Nations in its 2004 report, transitional justice is “the full range of processes and mechanisms associated with a society’s attempt to come to terms with a legacy of large-scale past abuses, in order to ensure accountability, serve justice and achieve reconciliation”( The rule of law and transitional justice in conflict and post-conflict societies” (S/2004/616), para. 8).
Transitional justice is a legal and political tool used in many countries since 1990s. As a new concept in law, its scope and bounds have been expanding in time. First, the concept was considered a transition from authoritarian to democratic rule. Then, the scope of the field expanded to armed conflicts. Today, the notion increasingly includes to respond to certain types of human rights violations against a particular segment of nation, e.g. indigenious peoples, even in cases where there is no regime transition. In other words, transition, and the associated types of justice can be seen not only in terms of moving from non-democratic to democratic, or from conflict to post-conflict situations, but also in a much wider sense encompassing different forms of transitions and societies.

Transitional justice applies various judicial and non-judicial mechanisms and remedies to achieve constructing a just and a peaceful society, such as holding accountable by prosecuting those responsible for violations, establishing truth commissions, providing material and symbolic means to rehabilitate and compensate victims, taking measures for socio-economic reintegration, and reforming laws and institutions in order to prevent reoccurance of violations. Clearly, transitional justice exhibits an increasingly complex set of relationships among the local, national and international planes.

As the written social contract, constitution has a significant place in transitional justice. In many cases following authoritarian regime or armed conflict, transition includes drafting a new constitution or amending existing one. Constitutional changes in consolidated democratic regimes may not always accompany the transitional justice, but the constitution in force determines the legal framework and limits of the transition and its measures.

 

We invite researchers and students from relevant disciplines of public law to participate in the workshop in order to discuss different aspects of transitional justice and constitutional change, and stimulate new thinking and new approaches.

Issues to be addressed including the following:

  • Transition and constitution-building: transitional justice and constitution-building processes complementary or competitive?
  • Impact of transitional justice on the content of the constitution
  • Transition and amending the constitution
  • Gender-sensitive transitional justice
  • Transitional justice and constitutionalism
  • Impact of transitional justice on regime change and regime consolidation.
  • Constitutional culture and transitional justice
  • Constitutional justice and transitional justice

3. Overcoming injustice based on discrimination on grounds of race, gender, disability and/or LGBTQIA+ status: The role of constitutions

Discrimination as a social issue means distinguishing between population groups on the basis of their characteristics –race, gender, disability and LGBTQIA+ – and treating them differently as a result. If “justice is the first virtue of social institutions” (J.Rawls, A Theory of Justice, Cambridge, 1971), then how to identify and overcome the social injustice caused by discrimination is a fundamental challenge in human rights law, at the domestic level, regional level and international level.

This workshop will cover a broad range of topics relating to all kinds of the injustice caused by the discrimination (i.e. race, gender, disability and LGBTQIA+), and human rights of relevant minority groups. This workshop will provide a fresh perspective to overcoming such injustices, by: focusing on the role of constitutional instruments, examining the current international human rights standards, and discussing the possibility for more effective mechanism of constitutional protection.

Among these issues that this workshop will address are:

  • International, regional or national standards of minority rights protection (based on the race, gender, disability and LGBTQIA+) in the constitutional instruments;
  • selected national or regional experiences in fighting against the discrimination based on the race, gender, disability and LGBTQIA+;
  • social injustice caused by the discriminations in practice and the effective mechanism of eliminating the discrimination;
  • comparative perspectives on constitutional mechanism of eliminating the discrimination

The list is not exhausted. All relevant proposals will be greatly welcomed. The workshop will accommodate various perspectives on the topic and would like to extend a warm welcome the submissions from different nations.

4. Extending constitutional obligations to non-state actors

Constitutions generally govern relation between the state and individuals. Constitutions, especially in liberal traditions, are designed to protect individuals and their rights by imposing obligations on state actors. However, it is increasingly becoming clear that non-state actors such as corporations, non-governmental organizations, religious institutions, and rebel groups pose equally serious threats to peoples’ rights and freedoms. The debate and developments regarding the horizontal application of constitutional rights should be a seen as a response to these concerns. However, constitutional obligations need not be limited to constitutional or fundamental rights. For example, such obligations could be in the form of fundamental duties imposed on citizens.

Against this background, this workshop will grapple with various dimensions related to the extension of constitutional obligations to non-state actors. We invite proposals for papers exploring a range of issues such as the following:

  1. An exploration of the typology of non-state actors and the impact of their actions or omissions on the rights of individuals and communities.
  2. The value-addition of extending constitutional obligations to non-state actors because states already have a duty to ensure that all non-state actors within their territory or jurisdiction respect human rights.
  3. The nature and extent of constitutional obligations of non-state actors vis-à-vis those of the state, e.g., should these be identical to the obligations of the state, or should there be some calibration?
  4. Different pathways to extend constitutional obligations to non-state actors. Such an extension, for example, could take place through a constitutional amendment, judicial interpretation, or by virtue of a law implementing a constitutional mandate.

5. Harnessing constitutional law to address climate change: Challenges and opportunities

“Harnessing Constitutional Law to Address Climate Change: Challenges and Opportunities,” is the title of our panel at the World Congress on Constitutional Law, sponsored by IACL-AIDC to be held December 5-9, 2022, in Johannesburg, South Africa.

While the World Congress has “Constitutional Transformations” as its central theme, our panel will discuss the administrative, legislative or judicial decisions of the various bodies, Legislative, Executive and Judiciary branches, at the various levels (local, regional, national, supranational and international) and emissions of gases and other components that affect the climate around the planet.

As we know, many local and state governments (in the case of federal states), have taken important initiatives together with industries to reduce the emission of pollutants and gases in various traditional polluting sectors.

As is well known, the doctrine of several countries has pointed out that the present and future generations have the fundamental right to a clean environment, observing the duties of prevention and precaution.

Analyzing ecological rights from the perspective of Economic, Social, Cultural, and Environmental Rights, incorporating the protection of the environment into the core of personal protection, seems to be a necessary path to take. Either we change our relationship with the environment, or our survival will be threatened. Investments in science seem to collaborate to contain the impact of climate on food production, for example.

Let’s remember the 2021 decision of the German Federal Constitutional Court (TCF) and other similar courts when analyzing their countries’ legislation and gas emissions and their (in) compatibility with fundamental rights in light of international treaties (e.g. the Paris Agreement or the Climate Change Convention1) that deal with the matter.

The present and future obligations to reduce emissions have an undeniable impact on virtually all types of freedoms, because human life is affected by the emission of greenhouse gases and, as such, effective planning is needed in its gradual reduction worldwide.

The Law can and must be an effective instrument to bring extreme heat to acceptable levels, or avoid the destruction of ecosystems, which in turn threaten food supplies; uninterrupted rainfall, rising sea levels and the melting of glaciers, as well as the polar layers, must be controlled by science with the support of the Law.

Everyone, States and individuals (individuals and companies, corporations and companies from various economic segments, to a greater or lesser extent), have the duty to wave the flag to control the emission of pollutants and gases so that human health and its impacts and risks can predict the onset of diseases and their treatments, avoiding death, preserving lives, and avoiding environmental destruction and deterioration also caused by emissions.

1 The United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) aims to stabilize greenhouse gas concentrations in the atmosphere at a level that would prevent dangerous human interference with the climate system. This level must be achieved in a timeframe sufficient to allow ecosystems to adapt naturally to climate change, to ensure that food production is not threatened, and to enable economic development to proceed in a sustainable manner. Recall also the UN International Agreements, the Stockholm Conference, etc.

6. Comparative constitutional methods

The focus of this workshop is both on methods in constitutional law from a comparative perspective (1), and on methods of comparative law as they apply to the study of constitutional law (2). These two aspects can touch in many ways (3), but they also stand on their own. Participants may concentrate on one of the two, or on a combination of both.

  1. The methodology of constitutional law is a highly debated topic within many countries, and the differences of opinion become even more pronounced once the discussions in several countries are compared. But these debates themselves are often a result of comparative law, as new ideas and challenges to establish methodologies often come from, or find support in, the corresponding debates in other countries. Arguments range from specific proposals (e.g. traditional canons of interpretation; originalism vs. living constitution; principles theory; syncretism) to overarching ideas (e.g. traditional legal doctrine; legal realism; “law and …” movements; critical legal studies; economic theory of law; social science approaches; empirical approaches). And not infrequently, the everyday practice of constitutional law remains in blissful ignorance of all these questions, a fact that also poses many questions. Participants of this workshop are invited to, for instance, present the prevailing methods and methodological discussion in their countries or region as they contrast with, are influenced by, or defend against the debate in other countries; or to present more general comparative studies of constitutional law methods. Papers defending traditional constitutional methods will be considered with as much respect as papers proposing departures from such ideas.
  2. The methodological debate in comparative law is no less fierce than the one in (national) constitutional law. Mainstream functional or contextual approaches compete with economic analyses, legal traditions, comparative jurisprudence, legal formants, postmodernism, statistical or empirical comparative law, to name just a few. In how far the criticism of traditional comparative law is well-founded, and which concrete, workable alternatives are on offer is an open question. A number of alternative methods find their roots in social sciences which challenge the dominance of inherently legal thinking; this tendency is particularly strong with respect to comparative constitutional law and its relationship with political science. Some would even consider comparative constitutional law to be different from comparison in other fields, and would therefore propose a specific methodology for this field. Participants are invited to present their analyses and their views on all these and similar questions.
  3. Constitutional law methods and comparative law methods are by no means clearly separate topics. On the contrary, the stance on one is often linked to the vision of the other. Traditional doctrinal approaches in constitutional law will invite other comparative methods than would e.g. empirical approaches, social science approaches, or economic approaches. This connection is often implicit, and would merit further investigation. But even apart from this link, participants are eagerly invited to consider the influence of comparative law and comparative method on their views of constitutional law methodology, or vice versa, or to directly focus on questions that combine both aspects of this workshop’s topic.

7. Democratic decay: Causes and remedies

The phenomenon of democratic erosion or decay has accelerated in recent years, affecting countries in every part of the world. Constitutional law is a central terrain on which democratic decay occurs, and also a potential site for the protection of democracy.  What are the forces and mechanisms driving the trend?  How does constitutional law facilitate or retard democratic decay? And what strategies should democrats adopt to reverse the current direction? This workshop will explore these and other related themes.

8. Constitutionalism, the COVID-19 pandemic and recovery

The COVID-19 pandemic has required governments across the globe to respond quickly and effectively to the public health crisis.  The question to be addressed in this workshop is what the constitutional implications, either in individual jurisdictions or more widely, have been.  Contributors to this workshop may thus consider the manner in which constitutional arrangements have hindered or facilitated effective government responses; whether responses to COVID-19 can be said to have accelerated a pattern of democratic backsliding, populism and/or growing illiberalism and if so in what ways; how the different arms of government have responded to the crisis, and in particular,  studies of legislative branch responses to COVID-19 and judicial branch responses to litigation challenging COVID-19 regulations; the regulation of elections during COVID-19 and other related questions.

9. The fourth branch (ombuds, electoral commissions, human rights commissions etc): Design and practice

Nowadays, the description of the state’s function through the principle of separation of powers – although still valid – no longer fully reflects the complexity of reality. Apart from state organs, which can be classified as the classic components of one of the three branches of government – the legislative branch, the executive branch and the judiciary – other bodies exercising public authority are also appearing more and more often. What’s more, some of them are also included in the texts of the constitution. They are not easily counted to these three classical branches. Most often they are not considered necessary components of the system of state organs, including democratic states. Their common feature is usually a high degree of independence from the government and the fulfilment of certain important social functions.

As part of our workshop, we would like to consider:

  • What type of state organs (also mentioned in some constitutions) cannot be included in one of the three classical branches of government?
  • In the case of this type of state organs, can it speak of their exercise of state power in the strict sense of this term?
  • Why does the legislator decide to create state organs that go beyond the principle of separation of powers?
  • Is there a tendency to consider such state organs as necessary components of a modern state?
  • In what relationship are they with the other domestic branches, international organizations, business sectors, NGOs, and civil society?
  • In the practice of their actions, do they enjoy public trust and fulfil the tasks entrusted to them properly, independently of other authorities?

10. Constitutional amendments and constitutional transformation: In theory and practice

The reform is an essential ingredient of any constitution. The rules of constitutions should be adapted to changing social realities. But liberal constitutions designed very complicated procedures. Democratic constitutionalism should follow easier requirements. It is necessary to normalize constitutional amendment.

But the transformation (mutation, Wandlung) of constitutional rules emanates not only from amendments, but also from judicial review of legislation and constitutional interpretation. Some changes of the constitution understanding come from new laws which follow an evolutionary interpretation. Besides, emerging constitutional conventions, parliamentary usages and new practices.

Constitutional review does not really depend on legal formalities (constitutional rigidity) but on certain material conditions that make reforms possible: a “constitutional moment”. When “constitutional resilience” disappears the moment of the reform seems to have arrived. This is not a legal issue on the contrary depends on the capacity of a majority to gain allies reaching a constitutional agreement.

However, amendment proceedings require qualified majorities, parliamentary deliberation and mutual political transactions, sometimes even the participation of local states, and an ordinary parliament or a specific constitutional convention could be called. But being the reform a pouvoir constitué a referendum could not always be necessary, if essential political decisions are not involved.

Constitutional amending power is a derived and constricted power. All constitutions have specific amending rules and many of them “eternity clauses” that ban the reform in certain issues. To identify limits to constitutional reform, preserving constitutional identity, is also a classic debate.

A constitutional amendment or a constitutional transformation (mutation) is something different from the emerge of a new constituent power as the outcome of several movements. First, political revolution or violent changes that make a new constitution with different values and political decisions. The Arab spring has provided clear examples in Africa. Second, the foundation of a new state as it happened in Africa after the declaration of independence of the former colonies during the sixties, or in Europe when Kosovo split Serbia. Third, the creation of a new political regimen that needs a completely different constitution which confirms serious political transformations after a constitutional transition.

Nearly all written constitutions are nowadays rigid. The classic distinction between “rigid” and “flexible” constitutions is not so useful. A relevant distinction comes between “new” and “old constitutions”. Old constitutions are unmodifiable in practice, and more symbolic or dignified than efficient to limit public powers. They leave constitutional developments to judicial review of legislation, interpretations by public powers and the impact of simple facts.

Constitutional reform reminds citizens that they can exercise popular sovereignty and strengthens democratic legitimacy and participative democracy. Nevertheless, in those countries where a culture of political negotiation does not exist, constitutional reform cannot exist either.

The present-day scenario of multilevel constitutionalism and the impact of international protection of human rights in Europe, Latin American and Africa are transforming domestic constitutions. This phenomenon must have consequences in the promotion of internal constitutional reforms at the same rhythm that these conventional standards evolve.

11. Redefining the separation of powers

Are there new ways to host political power within the state? Which new assessment criteria are being developed for coping with the division of powers new challenges? Have new non-political competing powers arisen?

The aim of this workshop is twofold. Our first goal is to compile a collection of relevant papers which are called to answer the questions above. Our second objective is to harness such papers to enable an enriching debate on a necessary redefinition of the nature of some novel State inter-phases as well as to explore the existence of other competing actors in place.

Ever since Aristotle’s times, there has been an awareness that what was called Constitution in a material sense was nothing but an essential tool to organize power as well as to identify the source of legitimacy of a polity. In Modern Times –particularly ever since England’s historical transformations together with the legacy of the French and the American Revolution-, the vertical and horizontal separation of powers has turned out to be a constitutional technique for power control and individual liberties enshrinement.

Accordingly, several questions concerning the government (the executive) and the parliament separation; between the political and the judiciary relations; between the political and other informal powers (economic, financial, web giants, etc.) at stake need further developments.

This workshop is inviting colleagues from around the world to discuss how comparative constitutional law is providing us with news on novel relations and conflicts arising among the state’s higher branches. This workshop, accordingly, calls for a debate on how receptive practices of demands for effectiveness/efficiency and/or stringent controls are bringing about thoughtful speculations and theoretical re-definitions of the subject. In other words, we are calling for research papers which, on the one hand, can verify how these phenomena are having an impact on democratic legitimacy –and government’s primary duties- and, on the other, how the atavistic principle of checks and balances is currently subjected to new ways of critical assessment.

 

Agenda

*Introduction of chairing authorities (10’)

The workshop will encompass presentations by two panels, made up, roughly speaking, of a number between 5 to 8 speakers each; plus some extra time for Q&R (Total time: 2h,30’ + 10’ intermission).

 

First Panel (1 hour, 20′ for presentations and debate): Among all the collected papers, we will select around five to eight contributions whose analysis should be of a political and/or descriptive nature of the highlighted phenomenon. For instance, either comparatively or based on concrete experiences, the chosen papers are required to analyze the current interactions held within the State branches as well as in other political bodies and institutions. In short, the main focus encourages a debate on the changing relations between government and judges; or on the new performance of parliaments which may involve agents and/or intermediate bureaucratic institutions engaged with public policies; or on how semi-direct democratic mechanisms may trigger incoherent political stimuli among individuals; or, for example, on the way traditional or emerging new technologies in Mass-Media are shaping political parties and other actors behaviors.

 

Second Panel (1 hour, 20’ for presentations and debate): for the second stage, other (roughly) five to eight papers will be selected. Said papers will be required to deploy a rather theoretical aim. Indeed, whether it be through comparison or based upon concrete cases, the chosen papers are encouraged to reflect on the foundations and/or goals found in the political systems under study. Likewise, it is important to discuss the government’s responsiveness, purpose, and opportunity of enabled controls. This panel should explore how current political systems display a higher or lower degree of effectiveness depending on the changing construction of atavistic procedures and principles concerning the limitations of power.

*Closing comments by Authorities (10’)

 

Third: Methodology 

As has been mentioned, each panel will hold up to 8 previously chosen papers. Every speaker will speak for at most 10’. Speakers are not to repeat the content of the texts they have shared. Since members of the panels should read their colleagues’ contributions, each speaker is expected to use their time to refer to, disagree, and/or delve into the most relevant issues developed by the other panelists. Once the speakers’ presentations reach an end, the rest of the attendees will debate for another 30’. In this stage, those participants who are not panelists and have submitted papers will have a priority to take the floor. At this stage, no one will be allowed to speak for more than 3’.

The chairing authorities will act as moderators paying special attention to the maximum speaking times allowed.

The chairing authorities will assess the likelihood of issuing a volume compiling the selected contributions.

12. Multi-level constitutionalism (federalism, consociationalism, regional governmental structures): Challenges and opportunities

Framed in the context of the European Union experience, more recently the concept of Multi-level constitutionalism has expanded its scope in order to refer to forms of political and legal organization in which authority and policy-making are shared across multiple levels of government – subnational, national and supranational.

It can be argued that the different forms of political and legal organization alluded to have a common core or basic logic, which corresponds to the idea put forward by Daniel Elazar to describe federal systems: “shared rule” and “self rule”. Such forms of organization are federalism, regional government structures and consociationalism.

Federal systems are based on formulas that allow different combinations of “shared rule” and “self rule” of national, subnational and often local (or municipal) structures of government.

Regional governmental structures, such as the European Union (that can be seen as a supranational polity based on States), is based on the same logic.

Consociationalism, to the extent that it allows “shared rule” and “self rule” in contexts of culturally based community structures of authority and normative orders, as in Belgium, can also be included in the above mentioned forms of political and legal organization.

Organizing polities under different versions and configurations of “shared rule” and “self rule” raises some complex issues that represent challenges to constitutional law or to norms that –one could argue- perform constitutional functions (such as international treaties that seek to organize supranational governmental structures).

The purpose of this Workshop is to discuss some of those challenges. In view of this, we shall debate on:

  1. The very concept of Multi-level constitutionalism: the concept of “level” conveys the idea of hierarchy (as opposed to “layer”, “arenas” or “orders” of government). It seems to imply a relationship of command and obedience, a superior authority whose will has to be obeyed by those “below”. Does this concept emphasize too much the vertical dimension, neglecting the horizontal dimension which is also relevant in these forms of political and legal organization?
  2. The formulas to allocate powers and competences between the different orders of government. In turn, this raises issues related to the meaning and scope of the principle of subsidiarity, and on the role that this principle should play in the definition of “what” should be done by “who”.
  3. The different techniques of legal integration such as harmonization, unification, coordination and collaboration.
  4. The concept and phenomenon of legal pluralism, which implies the coexistence and articulation of various legal orders located in different territorial and functional arenas; most importantly, the interplay between the various sources of fundamental rights as well as between the supranational, national and subnational courts which must ensure their respect.
  5. The different ways in which multi-level structures of governmental power affect basic notions of constitutional law, such as sovereignty (which cannot be regarded as absolute and indivisible) and citizenship (which makes the sense of identity, belonging and loyalty of people towards different polities more complex).

1. Le rôle des droits socio-économiques dans la transformation constitutionnelle

La discussion doctrinale des décennies précédentes était centrée sur la question de savoir si les droits économiques, sociaux et culturels (DESC) constituaient une catégorie juridique inférieure de normes, par rapport aux normes civiles et politiques, en raison de leur prétendue déficit normatif ou en raison de leur manque de justiciabilité. Une grande partie de la théorie juridique les considérait alors non seulement comme les droits des pauvres, mais aussi comme des « pauvres droits », au regard de leur validité juridique.
L’évolution de la jurisprudence et surtout la jurisprudence des tribunaux pionniers comme les Cours constitutionnelles d´Afrique du Sud, de l´Inde, du Brésil ou de la Colombie –pour citer quelques exemples- et les Commentaires du Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR) ont mis terme à cette polémique. De nos jours, il existe un consensus généralisé selon lequel tous les droits fondamentaux, civils, politiques ou DESC, sont des intérêts protégés par la Constitution qui obligent immédiatement l´État à respecter, protéger et assurer leur réalisation.

 

On peut analyser le contenu normatif de DESC en posant deux questions : La première porte sur la définition des DESC aussi bien que sur leur niveau normatif. Concernant la définition il faut s´intéresser à l´étude dogmatique qui permet de définir les DESC et les différencier d´autres catégories juridiques comme les droits constitutionnels fondamentaux. Quelle est la justification théorique permettant aux DESC d´avoir une existence conceptuelle autonome ? Evidemment que pour y parvenir au but que nous venons de signaler, il nous faut aussi nous intéresser sur le niveau normatif des DESC.
La deuxième question se concentre sur le niveau de protection pratique des DESC, c´est-à-dire sur la protection de la part des pouvoirs de l´Etat face aux besoins de leurs citoyens et sur le niveau d´efficacité d´une telle protection. Quel est le niveau d´efficacité des décisions judiciaires ? Existe-t-il de mécanismes de dialogue entre les trois pouvoirs des démocraties pour améliorer la situation des DESC dans les populations nationales ? Les gouvernements prennent en compte de politiques publiques pour assurer leur jouissance ? Existe-t-il de communication du CESCR des Nations Unies et le gouvernement des pays?

Or, notre époque n´est guère l´âge du triomphe des droits sociaux. Les crises économiques et pandémiques consécutives ont exacerbé les politiques économiques dominantes des quatre décennies précédentes qui ont sapé la protection effective de celles-ci, et plus généralement de l´État social. Les inégalités ont explosé, notamment en Occident, les institutions de l´État-providence sont sous-financées, de plus en plus de catégories de citoyens vulnérables restent sans protection adéquate. Cependant, la menace de la crise est aussi l´occasion de repenser la manière dont nous tenons les États responsables de leur accomplissement, aux niveaux national et supranational. C´est aussi l´occasion de repenser le rôle de l´État dans la régulation de la création de richesse et sa redistribution à l’échelle nationale et mondiale. Les États sociaux ont été un phénomène national. Est-ce possible et comment préserver leurs fonctions dans le nouvel environnement mondialisé ? Les répercussions transnationales de la crise mettent en évidence la nécessité d´encadrer la responsabilité publique en termes globaux, non seulement vis-à-vis des États mais aussi vis-à-vis des entités multinationales privées, afin d´assurer un minimum d´égalité et de justice sociale, dans la mesure où possible, à l´échelle mondiale et surtout dans le Sud global.

2. Justice transitionnelle et changement constitutionnel

La justice transitionnelle est une réponse aux abus systématiques ou aux violations généralisées des droits de l’homme des gouvernements, qui permet de lutter contre l’impunité, d’obtenir une réparation effective et de prévenir la récurrence. En effet, selon la définition des Nations Unies dans son rapport de 2004, la justice transitionnelle est « l’ensemble des processus et mécanismes associés à la tentative d’une société de faire face à un héritage d’abus passés à grande échelle, afin d’assurer la responsabilité, de servir la justice et de parvenir à la réconciliation. » (L’état de droit et la justice transitionnelle dans les sociétés en conflit et post-conflit (S/2004/616), paragraphe 8).

 

La justice transitionnelle est un outil juridique et politique utilisé dans de nombreux pays depuis les années 1990. En tant que nouveau concept juridique, son champ d’application s’est élargi au fil du temps. Tout d’abord, le concept était considéré comme une transition d’un régime autoritaire à un régime démocratique. Ensuite, le champ d’application s’est étendu aux conflits armés. Aujourd’hui, la notion inclut de plus en plus la réponse à certains types de violations des droits de l’homme à l’encontre d’un segment particulier de la nation, par exemple les peuples indigènes, même dans les cas où il n’y a pas de transition de régime. En d’autres termes, la transition et les types de justice qui y sont associés peuvent être considérés non seulement en termes de passage d’une situation non démocratique à une situation démocratique, ou d’une situation de conflit à une situation post-conflit, mais aussi dans un sens beaucoup plus large englobant différentes formes de transitions et de sociétés.

 

La justice transitionnelle applique divers mécanismes et solutions judiciaires et non judiciaires pour parvenir à la construction d’une société juste et pacifique, tels que l’obligation de rendre des comptes en poursuivant les responsables de violations, l’établissement de commissions de vérité, la fourniture de moyens matériels et symboliques pour réhabiliter et indemniser les victimes, la prise de mesures de réintégration socio-économique et la réforme des lois et des institutions afin d’empêcher la répétition des violations. Il est clair que la justice transitionnelle présente un ensemble de relations de plus en plus complexes entre les plans local, national et international.

 

En tant que contrat social écrit, la constitution occupe une place importante dans la justice transitionnelle. Dans de nombreux cas, après un régime autoritaire ou un conflit armé, la transition comprend la rédaction d’une nouvelle constitution ou la modification de la constitution existante. Les changements constitutionnels dans les régimes démocratiques consolidés n’accompagnent pas toujours la justice transitionnelle, mais la constitution en vigueur détermine le cadre juridique et les limites de la transition et de ses mesures.

 

Nous invitons les chercheurs et les étudiants des disciplines pertinentes du droit public à participer à l’atelier afin de discuter des différents aspects de la justice transitionnelle et des changements constitutionnels, et de stimuler de nouvelles réflexions et de nouvelles approches.

Les questions qui seront abordées sont notamment les suivantes:

  • Transition et élaboration de la constitution : les processus de justice transitionnelle et d’élaboration de la constitution sont-ils complémentaires ou concurrents ?
  • Impact de la justice transitionnelle sur le contenu de la constitution
  • Transition et modification de la constitution
  • Justice transitionnelle sensible au genre
  • Justice transitionnelle et constitutionnalisme
  • Impact de la justice transitionnelle sur le changement de régime et la consolidation du régime
  • Culture constitutionnelle et justice transitionnelle
  • Justice constitutionnelle et justice transitionnelle

3. Surmonter l'injustice basée sur la discrimination fondée sur la race, le genre, le handicap et/ou le statut LGBTQIA+: Le rôle des constitutions

En tant que problème social, la discrimination signifie une distinction entre les groupes de population en fonction de leurs caractéristiques (la race, le sexe, le handicap et / ou les LGBTQIA+-) et d’après ceci un traitement différencié. Comme “la justice est la première vertu des institutions sociales” (J.Rawls, A Theory of Justice, Cambridge, 1971), l’identification et l’élimination des injustices sociales résultant de la discrimination constituent un défi fondamental pour le droit des droits de l’homme, aux niveaux national, régional et international.

L’atelier portera sur un large éventail de sujets liés aux diverses injustices à cause de la discrimination (la race, le sexe, le handicap et les LGBTQIA+) et aux droits de l’homme des groupes minoritaires concernés. L’atelier offrira une nouvelle perspective pour combattre contre l’injustice par la mise de l’accent sur le rôle des instruments constitutionnels, l’examination des normes internationales actuelles en matière de droits de l’homme et de discuter la possibilité de mettre en place plus des mécanismes pour avoir une protection constitutionnelle plus efficaces.

Sur les problématiques abordées ci-dessus, les thèmes de cet atelier sont les suivantes:

  • Les standards internationaux, régionaux ou nationaux sur la protection des droits des minorités (fondée sur la race, le sexe, le handicap et / ou les LGBTQIA+) dans les instruments constitutionnels;
  • Les expériences nationales ou régionales sélectionnées dans la lutte contre la discrimination fondée sur la race, le sexe, le handicap et / ou les LGBTQIA+;
  • L’ injustice sociale fondée sur la discrimination dans la pratique et les mécanismes efficaces pour éliminer la discrimination;
  • Les mécanismes constitutionnels pour éliminer la discrimination sous les perspectives comparatives.

Cette liste n’est pas exhaustivee.Toutes les propositions pertinentes seront les bienvenues. L’atelier accommodera les sujets sous des différents angles et accueillera chaleureusement les vues des différents pays.

4. Étendre les obligations constitutionnelles aux acteurs non étatiques

Les constitutions régissent généralement les relations entre l’État et les individus. Les constitutions, surtout dans les traditions libérales, sont conçues pour protéger les individus et leurs droits en imposant des obligations aux acteurs étatiques. Cependant, il devient de plus en plus évident que les acteurs non étatiques tels que les entreprises, les organisations non gouvernementales, les institutions religieuses et les groupes rebelles constituent des menaces tout aussi sérieuses pour les droits et libertés des personnes. Le débat et les développements concernant l’application horizontale des droits constitutionnels doivent être considérés comme une réponse à ces préoccupations. Toutefois, les obligations constitutionnelles ne doivent pas être limitées aux droits constitutionnels ou fondamentaux. Par exemple, ces obligations pourraient prendre la forme de devoirs fondamentaux imposés aux citoyens.

Dans ce contexte, cet atelier se penchera sur diverses dimensions liées à l’extension des obligations constitutionnelles aux acteurs non étatiques. Nous invitons des propositions de communications qui explorent entre autres les thèmes suivants:

  1. Une typologie des acteurs non étatiques et l’impact de leurs actions ou omissions sur les droits des individus et des communautés.
  2. La valeur ajoutée de l’extension des obligations constitutionnelles aux acteurs non étatiques vu que les Etats ont déjà le devoir d’assurer que tous les acteurs non étatiques sur leur territoire ou sous leur juridiction respectent les droits de l’homme.
  3. La nature et l’étendue des obligations constitutionnelles des acteurs non étatiques par rapport à celles de l’État, par exemple, doivent-elles – ou non- être identiques aux obligations de l’État ?
  4. Les différentes voies d’extension des obligations constitutionnelles aux acteurs non étatiques. Une telle extension, par exemple, pourrait avoir lieu par le biais d’un amendement à la constitution, d’une interprétation judiciaire, ou en vertu d’une loi mettant en œuvre un mandat constitutionnel.

5. Exploiter le droit constitutionnel pour faire face au changement climatique: Défis et opportunités

“Exploiter le droit constitutionnel pour lutter contre le changement climatique : Défis et opportunités”, tel est le titre de notre panel au Congrès mondial de droit constitutionnel, parrainé par IACL-AIDC, qui se tiendra du 5 au 9 décembre 2022 à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Alors que le Congrès mondial a pour thème central les “Transformations constitutionnelles”, notre panel discutera des décisions administratives, législatives ou judiciaires des différents organes, législatif, exécutif et judiciaire, aux différents niveaux (local, régional, national, supranational et international) et des émissions de gaz et autres composants qui affectent le climat à travers la planète.

Comme nous le savons, de nombreuses autorités locales et étatiques (dans le cas des États fédéraux) ont pris des initiatives importantes, en collaboration avec les industries, pour réduire les émissions de polluants et de gaz dans divers secteurs traditionnellement polluants.

Comme on le sait, la doctrine de plusieurs pays a rappelé que les générations actuelles et futures ont le droit fondamental à un environnement propre, en observant les devoirs de prévention et de précaution.

Analyser les droits écologiques, en partant des droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux, en incorporant la protection de l’environnement dans le noyau de la protection de la personne, semble une voie nécessaire à suivre. Soit nous changeons notre relation avec l’environnement, soit notre survie sera menacée. Les investissements dans la science semblent collaborer pour contenir l’impact du climat sur la production alimentaire, par exemple.

Rappelons la décision de 2021 de la Cour constitutionnelle fédérale allemande (TCF) et d’autres tribunaux similaires lorsqu’ils analysent la législation de leur pays et les émissions de gaz et leur (in)compatibilité avec les droits fondamentaux face aux traités internationaux (par exemple l’Accord de Paris ou la Convention sur le changement climatique1), qui traitent de la question.

Les obligations actuelles et futures de réduction des émissions ont un impact indéniable sur pratiquement tous les types de libertés, car la vie humaine est affectée par l’émission de gaz à effet de serre et, par conséquent, une planification efficace est nécessaire à sa réduction progressive dans le monde entier.

Le droit peut et doit être un instrument efficace pour ramener les chaleurs extrêmes à des niveaux acceptables, ou éviter la destruction des écosystèmes, qui à leur tour menacent les approvisionnements alimentaires ; les précipitations ininterrompues, l’élévation du niveau des mers et la fonte des glaciers ou des couches polaires doivent être contrôlées par la science avec le soutien du droit.

Tous, États et individus (personnes physiques et morales, sociétés et entreprises de divers segments économiques, dans une plus ou moins grande mesure), ont le devoir d’agiter ce drapeau pour contrôler l’émission de polluants et de gaz afin que la santé humaine et ses impacts et risques puissent prévoir l’apparition de maladies et leurs traitements, en évitant la mort, en préservant les vies et en évitant la destruction et la détérioration de l’environnement également causées par les émissions.

1 La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) vise à stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation humaine dangereuse du système climatique. Ce niveau devrait être atteint dans un délai suffisant pour permettre aux écosystèmes de s’adapter naturellement au changement climatique, en veillant à ce que la production alimentaire ne soit pas menacée et en permettant au développement économique de se poursuivre de manière durable. Rappelons également les accords internationaux de l’ONU, la conférence de Stockholm, etc.

6. Méthodes constitutionnelles comparatives

Cet atelier se concentre à la fois sur les méthodes en droit constitutionnel dans une perspective comparative (1), et sur les méthodes de droit comparé telles qu’elles s’appliquent à l’étude du droit constitutionnel (2). Ces deux aspects peuvent se toucher de nombreuses façons (3), mais ils sont également autonomes. Les participants peuvent se concentrer sur l’un des deux, ou sur une combinaison des deux.

  1. La méthodologie du droit constitutionnel fait l’objet d’un débat intense dans de nombreux pays, et les différences d’opinions deviennent encore plus prononcées lorsque l’on compare les discussions dans plusieurs pays. Mais ces débats eux-mêmes sont souvent le résultat du droit comparé, car les nouvelles idées ainsi que les enjeux d’établir des méthodologies proviennent souvent des débats correspondants dans d’autres pays, ou y trouvent un soutien. Les arguments vont de propositions spécifiques (par exemple, les canons traditionnels d’interprétation, l’originalisme contre la constitution vivante, la théorie des principes, le syncrétisme) à des idées générales (par exemple, la doctrine juridique traditionnelle, le réalisme juridique, les mouvements “law and …”, les critical legal studies, la théorie économique du droit, les approches des sciences sociales, les approches empiriques). En plus, il n’est pas rare que la pratique quotidienne du droit constitutionnel reste béatement ignorante de toutes ces questions, ce qui pose également de nombreuses questions. Les participants à cet atelier sont invités, par exemple, à présenter les méthodes dominantes et le débat méthodologique dans leur pays ou leur région, et de mettre en lumière comment ils contrastent avec, sont influencés par ou défendent contre le débat dans d’autres pays ; ou à présenter des études comparatives plus générales des méthodes du droit constitutionnel. Les articles défendant les méthodes constitutionnelles traditionnelles seront considérés avec autant de respect que les articles proposant de s’écarter de ces idées.
  2. Le débat méthodologique en droit comparé n’est pas moins acharné que celui en droit constitutionnel (national). Les approches fonctionnelles ou contextuelles classiques sont en concurrence avec les analyses économiques, les traditions juridiques, la jurisprudence comparée, les formants juridiques, le postmodernisme, le droit comparé statistique ou empirique, pour n’en citer que quelques-uns. La question de savoir dans quelle mesure la critique du droit comparé traditionnel est fondée et quelles alternatives concrètes et réalisables sont proposées reste ouverte. Un certain nombre de méthodes alternatives trouvent leurs racines dans les sciences sociales qui remettent en question la domination d’une pensée intrinsèquement juridique ; cette tendance est particulièrement forte en ce qui concerne le droit constitutionnel comparé et sa relation avec les sciences politiques. Certains considèrent même que le droit constitutionnel comparé est différent de la comparaison dans d’autres domaines, et proposent donc une méthodologie spécifique pour ce domaine. Les participants sont invités à présenter leurs analyses et leurs points de vue sur toutes ces questions et sur d’autres questions similaires.
  3. Les méthodes de droit constitutionnel et les méthodes de droit comparé ne sont en aucun cas des sujets clairement distincts. Au contraire, la position de l’une est souvent liée à la vision de l’autre. Les approches doctrinales traditionnelles du droit constitutionnel inviteront d’autres méthodes comparatives que les approches empiriques, les approches des sciences sociales ou les approches économiques. Ce lien est souvent implicite, et mériterait d’être approfondi. Mais même en dehors de ce lien, les participants sont vivement invités à considérer l’influence du droit comparé et de la méthode comparative sur leur vision de la méthodologie du droit constitutionnel, ou vice versa, ou à se concentrer directement sur des questions qui combinent les deux aspects du sujet de cet atelier.

7. Décadence démocratique: Causes et solutions

Le phénomène d’érosion ou la démocratie rétrograde s’est accéléré ces dernières années, affectant des pays de toutes les régions du monde. Le droit constitutionnel est un terrain central sur lequel se produit le déclin démocratique, et aussi un site potentiel pour la protection de la démocratie. Quels sont les forces et les mécanismes qui animent la tendance? Comment le droit constitutionnel facilite-t-il ou retarde-t-il le déclin démocratique? Et quelles stratégies les démocrates devraient-ils adopter pour inverser la direction actuelle? Cet atelier explorera ces thèmes et d’autres thèmes connexes.

8. Constitutionnalisme, pandémie de COVID-19 et redressement

La pandémie de COVID-19 a obligé les gouvernements du monde entier à réagir rapidement et efficacement à la crise de santé publique. La question qui sera abordée dans cet atelier est de savoir quelles ont été les implications constitutionnelles, que ce soit dans les juridictions individuelles ou plus largement. Les contributeurs à cet atelier peuvent ainsi examiner la manière dont les dispositions constitutionnelles ont entravé ou facilité des réponses gouvernementales efficaces; si on peut dire que les réponses à COVID-19 ont accéléré un modèle de recul démocratique, de populisme et/ou d’illibéralisme croissant et si oui de quelles manières; comment les différentes branches du gouvernement ont répondu à la crise, et en particulier, des études sur les réponses du pouvoir législatif au COVID-19 et les réponses du pouvoir judiciaire aux litiges contestant les réglementations COVID-19; la réglementation des élections pendant COVID-19 et d’autres questions connexes.

9. La quatrième branche (médiateurs, commissions électorales, commissions des droits de l'homme, etc): Conception et pratique

De nos jours, la description de la fonction de l’État sur le fondement du principe de la séparation des pouvoirs – bien que toujours valable – ne reflète plus complètement la complexité de la réalité. Outre les organes de l’État, qui peuvent être classés comme les composantes classiques de l’une des trois branches du gouvernement – le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire – d’autres organes exerçant une autorité publique apparaissent de plus en plus souvent. Qui plus est, certains d’entre eux figurent également dans les textes de la Constitution. Ils ne sont pas facilement comptabilisés dans ces trois branches classiques. Le plus souvent, ils ne sont pas considérés comme des composantes nécessaires du système des organes étatiques, y compris dans les États démocratiques. Leur caractéristique commune est généralement un degré élevé d’indépendance vis-à-vis du gouvernement et ils remplissent certaines fonctions sociales importantes.

Dans le cadre de notre atelier, nous aimerions nous interroger sur :

  • Quel type d’organe étatique (également mentionné dans certaines constitutions) ne peut être inclus dans l’une des trois branches classiques du gouvernement?
  • Dans le cas de ce type d’organes étatiques, peut-on parler d’exercice du pouvoir étatique au sens strict de ce terme?
  • Pourquoi le législateur décide-t-il de créer des organes étatiques qui vont au-delà du principe de la séparation des pouvoirs?
  • Existe-t-il une tendance à considérer ces organes étatiques comme des composantes nécessaires d’un Etat moderne?
  • Quelle relation entretiennent-ils avec les autres pouvoirs nationaux, les organisations internationales, les secteurs commerciaux, les ONG et la société civile?
  • Dans la pratique de leurs actions, bénéficient-ils de la confiance du public et remplissent-ils correctement les tâches qui leur sont confiées, indépendamment des autres autorités?

10. Amendements constitutionnels et transformation constitutionnelle: En théorie et en pratique

La révision est un ingrédient essentiel de toute constitution. Les règles constitutionnelles doivent être adaptées à l’évolution des réalités sociales. Mais les constitutions libérales ont consacré des procédures très complexes. Le constitutionnalisme devrait satisfaire des exigences moins rigoureuses. Il est nécessaire de reconsidérer la révision constitutionnelle.

Mais la transformation (mutation) des règles constitutionnelles émane non seulement des révisions, mais aussi du contrôle juridictionnel des lois et de l’interprétation constitutionnelle. Certains changements dans la compréhension de la constitution proviennent de nouvelles lois qui suivent une interprétation évolutive. De plus, émergent des conventions constitutionnelles, des usages parlementaires et de nouvelles pratiques.

Le contrôle de constitutionnalité ne dépend pas seulement du respect des formalités légales (rigidité constitutionnelle) mais de certaines conditions matérielles qui rendent les réformes possibles : un « moment constitutionnel ». Lorsque la « résilience constitutionnelle » disparaît, le moment de la réforme semble arrivé. Il ne s’agit pas d’une question juridique, mais de la capacité d’une majorité à se faire des alliés pour parvenir à un accord constitutionnel.

Cependant, les procédures de révision nécessitent des majorités qualifiées, des délibérations parlementaires et des transactions politiques mutuelles, parfois même la participation des États locaux, et un parlement ordinaire ou une convention constitutionnelle spécifique pourraient être convoqués. Mais pour réformer un pouvoir constitué, un référendum ne peut pas toujours être nécessaire, si des décisions politiques essentielles ne sont pas impliquées.

Le pouvoir de révision est un pouvoir dérivé et restreint. Toutes les constitutions ont des règles de révision spécifiques et nombre d’entre elles sont des « clauses d’éternité » qui interdisent la réforme dans certaines questions. Identifier les limites de la révision, préserver l’identité constitutionnelle, sont également un débat classique.

Une révision ou une transformation constitutionnelle (mutation) est autre chose que l’émergence d’un nouveau pouvoir constituant à l’issue de plusieurs mouvements. Premièrement, une révolution politique ou des changements violents qui fondent une nouvelle constitution avec des valeurs et principes différents. Le printemps arabe est un exemple illustratif en Afrique. Deuxièmement, la fondation d’un nouvel État comme cela s’est produit en Afrique après les déclarations d’indépendance des anciennes colonies dans les années 60, ou en Europe lorsque le Kosovo a quitté la Serbie. Troisièmement, l’avènement d’un nouveau régime politique ayant besoin d’une constitution complètement différente qui confirme les transformations politiques sérieuses après une transition constitutionnelle.

Presque toutes les constitutions écrites sont aujourd’hui rigides. La distinction classique entre constitutions « rigides » et « souples » n’est pas si utile. Il existe une distinction pertinente entre les « nouvelles » et les « anciennes constitutions ». Celles-ci ne sont pas modifiables dans la pratique, et plus symboliques ou dignes qu’efficaces pour limiter les pouvoirs publics. Elles confient le contrôle de constitutionnalité des lois au judiciaire, l’interprétation aux pouvoirs publics, et l’impact de leurs effets.

La révision rappelle aux citoyens qu’ils peuvent exercer la souveraineté populaire et renforce la légitimité démocratique et la démocratie participative. Néanmoins, dans les pays où il n’existe pas de culture de négociation politique, la révision ne peut pas non plus exister.

Le scénario actuel du constitutionnalisme multiniveau et l’impact de la protection internationale des droits de l’homme en Europe, en Amérique latine et en Afrique transforment les constitutions nationales. Ce phénomène doit avoir des conséquences dans la promotion des réformes constitutionnelles internes au même rythme que ces normes conventionnelles évoluent.

11. Redéfinir la séparation des pouvoirs

Existe-t-il de nouvelles façons d’organiser le pouvoir politique au sein de l’État? Quels nouveaux critères d’organisation se développent pour faire face aux nouveaux défis de la prise de décision? Existe-t-il des pouvoirs concurrents du pouvoir politique?

L’objectif de cet atelier est double. Notre premier objectif est de compiler une collection d’articles pertinents qui sont appelés à répondre aux questions ci-dessus. Notre deuxième objectif est d’exploiter de tels articles pour permettre un débat enrichissant sur une redéfinition nécessaire de l’organisation des pouvoirs au sein de l’Etat et de s’interroger sur l’existence de pouvoirs concurrents.

Depuis l’époque d’Aristote, on a pris conscience que ce qu’on appelait la Constitution au sens matériel n’était rien d’autre qu’un outil essentiel pour organiser le pouvoir ainsi que pour identifier la source de légitimité d’un régime. Dans les temps modernes, d’abord en Angleterre, puis en Amérique et en France, les mécanismes de séparation verticale et horizontale du pouvoir ont conduit à mettre en place une constitution adoptant des techniques permettant à la fois l’efficacité dans l’exercice du pouvoir, la détermination de l’intérêt général  et la protection des droits et libertés individuelles.

Ce sont ainsi des questions comme celle de la séparation entre le pouvoir gouvernemental (exécutif) et parlementaire; entre le pouvoir politique et le pouvoir judiciaire; entre le pouvoir politique et les autres pouvoirs (économiques, financiers, GAFA…) qui sont aujourd’hui posées.

Cet atelier invite des collègues du monde entier à discuter de la manière dont le droit constitutionnel comparé nous fournit de nouvelles approches sur les relations et les conflits entre les organes supérieurs de l’État, et entre ces organes et des pouvoirs externes.  Cet atelier, en conséquence, appelle à un débat sur la façon dont les demandes d’efficacité et/ou de contrôle engagent des redéfinitions théoriques du sujet. En d’autres termes, nous appelons à des travaux de recherche qui, d’une part, peuvent vérifier comment ces phénomènes ont un impact sur la légitimité démocratique -et les devoirs premiers du gouvernement- et, d’ autre part, comment le principe classique des freins et contrepoids est actuellement soumis à de nouveaux modes d’évaluation critique.

 

Ordre du jour 

* Introduction des présidents d’atelier (10′)

L’atelier comprendra des présentations réparties en deux panels, composés, d’environ 5 à 8 orateurs chacun, qui devront réserver du temps pour les échanges.

 

Premier Panel (1h, 20′ pour les présentations et le débat) : Parmi tous les articles collectés, nous sélectionnerons environ cinq à huit contributions dont l’analyse devra être de nature politique et/ou descriptive du phénomène mis en évidence. Par exemple, soit de manière comparative, soit sur la base d’expériences concrètes, les articles choisis doivent analyser les interactions actuelles au sein des branches de l’État ainsi que dans d’autres organes et institutions politiques. En bref, il s’agira d’ouvrir  un débat sur l’évolution des relations entre le gouvernement et les juges ; ou sur le rôle des parlements au regard des compétences exercées par des agents et/ou des organes bureaucratiques en charge de politiques publiques (par exemple autorité indépendante), ou sur la façon dont les mécanismes démocratiques semi-directs peuvent impliquer les individus et concurrencer les mécanismes représentatifs, ou le rôle joué , par exemple, par les médias, traditionnels ou relevant de nouvelles technologies  et les partis politiques.

Deuxième panel (1 heure, 20′ pour les présentations et le débat)cinq à huit communications seront sélectionnées. Ces présentations  devront répondre à des objectifs plus théoriques.  Que ce soit par comparaison ou à partir de cas concrets, les communications choisies inviteront à réfléchir sur les fondements et/ou les finalités des systèmes politiques étudiés, qui visent à assurer la réactivité des gouvernants tout en rendant effectifs des mécanismes de contrôle. Ce panel devrait examiner la façon dont les  systèmes politiques actuels affichent un degré d’efficacité en rapport avec les procédures de contrôle et de limitation des pouvoirs.

*Conclusions des responsables de l’atelier (10′)

 

Troisièmement : Méthodologie

Afin de discuter des articles sélectionnés pour les deux panels, il y aura deux sessions consécutives de 1, 20 heures. Entre les deux, il y aura une pause de 10′. Ces sessions seront introduites et conclues par de brèves interventions des responsables de l’atelier (20 minutes en tout).

Comme il a été mentionné précédemment, dans chaque panel interviendront 5 à 8 orateurs dont les interventions auront été préalablement sélectionnées. Chaque orateur disposera d’un temps de parole d’un maximum de 10 minutes. A partir d’un échange préalable des interventions de l’ensemble des participants, les orateurs devront exprimer leur accord ou désaccord avec d’autres interventions ou approfondir les analyses produites sans répéter le contenu de leur propre intervention. A L’issue de ces interventions, un débat s’engagera pendant une trentaine de minutes, les membres du panel qui n’auront pas présenté oralement leur communication bénéficieront d’une priorité dans la prise de parole, le temps maximum alloué à chacun sera alors de 3 minutes.

Les  modérateurs accorderont une attention particulière au respect des  temps de parole maximum autorisés.

Les responsables de l’atelier apprécieront la possibilité  de publier un volume rassemblant les contributions sélectionnées.

12. Constitutionnalisme à plusieurs niveaux (fédéralisme, consociationnalisme, structures gouvernementales régionales): Défis et possibilités

Encadré dans le contexte de l’expérience de l’Union Européenne, plus récemment, le concept de «Constitutionnalisme Multi-niveaux» a élargi sa portée afin de faire référence à des formes d’organisation politique et juridique dans lesquelles l’autorité et l’élaboration des politiques sont partagées entre plusieurs niveaux de gouvernement – supranationale, national et infranational.

On peut avancer que les différentes formes d’organisation politique et juridique évoquées ont un tronc commun ou une logique de base, ce qui correspond à l’idée avancée par Daniel Elazar pour décrire les systèmes fédéraux : «shared rule» et «self rule». Ces formes d’organisation sont le fédéralisme, les structures de gouvernement régional et le consociationalisme.

Les systèmes fédéraux sont basés sur des formules qui permettent différentes combinaisons de «shared rule» et  « self rule» des structures gouvernementales nationales, infranationales et souvent locales (ou municipales).

Les structures gouvernementales régionales, comme l’Union Européenne (que l’on peut considérer comme une entité supranationale fondée sur les États), reposent sur la même logique.

Le consociationalisme, dans la mesure où il autorise le «shared rule» et «self rule» dans des contextes de structures d’autorité et d’ordres normatifs fondés sur la culture, comme en Belgique, peut également être inclus dans les formes d’organisation politique et juridique mentionnées ci-dessus.

L’organisation de régimes politiques sous différentes versions et configurations de «shared rule» et «self rule» soulève des problèmes complexes qui représentent des défis pour le droit constitutionnel ou pour des normes qui – on pourrait soutenir – remplissent des fonctions constitutionnelles (comme les traités internationaux qui cherchent à organiser des structures d’autorité  supranationaux).

Le but de cet atelier est de discuter de certains de ces défis. Dans cette perspective, nous débattrons de:

  1. Le concept même de «constitutionnalisme multiniveaux» : le concept de «niveau» véhicule l’idée de hiérarchie (par opposition à «couche», « arènes » ou « ordres » de gouvernement). Elle semble impliquer une relation de commandement et d’obéissance, une autorité supérieure dont la volonté doit être obéie par ceux «d’en bas». Ce concept met-il trop l’accent sur la dimension verticale, négligeant la dimension horizontale qui est également pertinente dans ces formes d’organisation politique et juridique?
  2. Les formules de répartition des pouvoirs et des compétences entre les différents ordres de gouvernement. À son tour, cela soulève des questions liées au sens et à la portée du principe de subsidiarité, et sur le rôle que ce principe devrait jouer dans la définition de «quoi» devrait être fait par «qui».
  3. Les différentes techniques d’intégration juridique telles que l’harmonisation, l’unification, la coordination et la collaboration.
  4. Le concept et le phénomène de pluralisme juridique, qui implique la coexistence et l’articulation de divers ordres juridiques situés dans différentes arènes territoriales et fonctionnelles; surtout, l’interaction entre les différentes sources de droits fondamentaux ainsi qu’entre les juridictions supranationales, nationales et infranationales qui doivent veiller à leur respect.
  5. Les différentes manières dont les structures à plusieurs niveaux du pouvoir gouvernemental affectent notions fondamentales du droit constitutionnel, telles que la souveraineté (qui ne peut être considérée comme absolue et indivisible) et la citoyenneté (qui rend le sentiment d’identité, d’appartenance et de loyauté des personnes envers différentes communautés politiques plus complexe).